Maupiti : une escapade au paradis ?

Autant rentrer tout de suite dans le vif du sujet et s’attaquer à un endroit sur terre qui ne peut rendre insensible. Cette petite île perdue au milieu du Pacifique peut s’apparenter au paradis pour beaucoup d’esprits rêveurs surtout lorsque la grisaille de l’hiver français perdure. Mais est-ce réellement un paradis ? Embarquez-vous pour découvrir ce joyau où le vert luxuriant et les nuanciers de bleu affoleront vos pupilles.

Pour s’y rendre rien : de plus simple, enfin, une fois que l’on a rejoint l’aéroport de Papeete à Tahiti. Un vol confortable d’une heure et nous survolons le lagon de cet îlot. Première impression : Wahou, la nature a bien bossé ! On se laisse tout de suite charmer par l’île principale entourée d’eau turquoise et de ses motus. Déjà par le hublot j’aperçois des raies nager… c’est prometteur.

L’avion se pose sur un motu. Je sors de l’avion et prends le pouls de l’île directement : l’aéroport se compose d’un abri sommaire au bord d’une plage où colliers de fleurs d’accueils et colliers de coquillages de départs se croisent. Un bateau navette me transporte sur l’île principale suivi de pirogues surfant sur les vagues.

A l’instar de Bora Bora, Maupiti a conservé son charme d’antan. Les complexes hôteliers ont été bannis et seules des pensions de familles servent à loger les touristes. Les habitants vivent au rythme des îles bien loin de nos agitations et de nos journées bien remplies de métropole.

Il n’y a plus qu’à faire comme eux : se détendre et profiter du cadre idyllique de l’île. Mais ne vous inquiétez pas la monotonie ne  prendra le dessus.

A l’inverse de ce que beaucoup de personnes pensent il y a peu de plages sur les îles principales polynésiennes. Les essentielles se trouvent sur les motus, îlots entourant le lagon et faisant frontière avec le grand bleu. Maupiti n’échappe pas à la règle. L’unique plage est le lieu de rencontre des locaux en fin d’après-midi lorsque la chaleur se fait moins ressentir. L’eau tiède permet de se prélasser et de profiter de la lumière du soleil couchant sur les cocotiers.

Les stars du lagon de Maupiti ce sont les raies mantas. Pas besoin de savoir plonger, un simple masque et tuba suffisent à découvrir le vol gracieux de ces poissons XXL. Le moment est magique et reste de ceux que vous n’êtes pas prêts d’oublier.

Petite déception cependant vis-à-vis des coraux et autres poissons tropicaux qui habitent le lagon : leur richesse est moins présente que sur d’autres îles.

Le tour de l’île peut facilement se faire à pied en 2 ou 3h de marche ou à vélo. Aucun site ne mérite réellement de s’y attarder mais l’ambiance décontractée du lieu donne tout son charme à ce bout de terre. Le centre de l’île est accidenté, et vierge, et recouvert par une végétation luxuriante.

Pour les plus intrépides le sommet de l’île peut être atteint au prix d’une marche sportive et exténuante. Mais en haut la récompense est IMMENSE. La vue sur le lagon est à couper le souffle. Comment peut-il y avoir autant de dégradés de bleu ? Splendide !

Je ne saurai que vous conseiller d’aller prendre un verre bien frais dans le village après avoir redescendu les pentes escarpées.

Aha je vous entends déjà dire qu’un tel endroit n’existe que dans mon imagination !

Et bien je vais faire plus. Comme cerise sur le gâteau je vais vous faire saliver. Evidement il faut aimer le poisson…mais si tel est le cas vous apprécierez des bons petits plats concoctés par votre pension. Carpaccio de thon, Mei Mei sauce vanille, huru en frite et même bénitiers…tout un programme.

Et à l’heure du départ, les batteries de bien-être rechargées, un léger pincement au cœur se fait ressentir. Ne vous y trompez pas, une escapade au paradis oui mais y résider de manière permanente non. Ce cadre de vie enchanteur me convient très bien pour un court séjour seulement.

N’attendez plus inscrivez cette île sur votre bucket list.

Quand y aller : Maupiti se trouve sur l’Archipel de la Société en Polynésie. Préférez la saison sèche qui s’étend de mai à octobre à la saison humide de novembre à avril. Cette démarcation est de moins en moins vraie et attendez-vous à de la pluie à tout moment de l’année comme à du soleil.

Comment y aller : Vol international de Paris à Papeete puis un vol domestique Papeete – Maupiti avec Air Tahiti. Il existe des pass inter-îles pour combiner d’autres îles polynésiennes.

Budget : L’isolement de l’île rend la destination chère. Un aller-retour retour simple depuis Papeete coûte dans les 200€/personne. Une nuit en pension de famille (en demi-pension) vous coûtera en moyenne 130€/nuit. Compter 60€/personne pour une ballade à la journée sur le lagon avec snorkelling et déjeuner sur un motu.

Monnaie : Le franc polynésien

Langue : Le français. Il est donc facile d’y voyager.

Visa : Aucun, et oui nous somme en France !

Combien de temps : Y rester 4 jours est l’idéal pour prendre le temps de prendre le temps.

Et les enfants dans tout ça ?

Destination pour enfant : Il est très facile d’y voyager avec des enfants de tout âge. Bien sûr la chaleur peut être plus difficile à supporter pour les enfants de bas âge. Donnez une plage et la mer à un enfant et il sera conquis de ses vacances. Il pourra s’émerveiller de voir les poissons qui ne manqueront pas de nager autour ses pieds.

A moins d’habiter dans un pays proche de la Polynésie, le voyage depuis la France est long. Il faudra pouvoir occuper l’enfant tout au long du trajet.

Le décalage horaire est de -11h. Cela perturbe l’organisme des grands comme des petits. Mais on sera étonné de voir que bien souvent les enfants s’adaptent plus vite que nous.

Note Destination : 4,5/5

Note Trajet : 2/5

Note Sécurité : 4/5

Note Globale : 3,5/5

A emporter : Il y a des petits magasins sur place. Pensez à vous ravitailler avant d’arriver notamment sur le lait en poudre ou les couches et sur les médicaments de base. Pas d’hôpital sur l’île mais une infirmerie.

Et oui !

La Polynésie a un problème de chien errant. Les Polynésiens aiment posséder un chien mais la plupart ne s’en occupe pas vraiment. Alors, souvent, des chiens aiment vous suivre… ce qui peut être parfois assez pénible surtout quand on n’est pas fan du genre canin. A Maupiti, les chiens se sont même fait une spécialité : chasseur de requin ! J’ai eu le droit a une démonstration du chien de notre pension qui a attrapé un bébé requin pointe noir !