Quoi faire au parc national de Torres del Paine au Chili ?

Direction la Patagonie au Chili pour vous présenter le magnifique parc national de Torres del Paine. Il a de quoi rendre jaloux l’Argentine car il est juste frontalier avec lui, mais les recettes et l’attractivité sont bien réservées au Chili. Pourquoi tant de succès ? Car il a tout pour accueillir tout type de touristes : sportifs/non sportifs, jeunes/moins jeunes, budget moyen/gros budget… mais surtout la nature y est incroyable et caractérielle. C’est parti pour un grand bol d’air pur !

Découvrir les pics de Torres del Paine

C’est un peu l’emblème du parc, et le graal c’est d’obtenir une photo sans brouillard ou nuage. C’est peut-être la mission la plus dure car la Patagonie c’est plusieurs saisons… en 1 heure. Et quand le vent décide de souffler… ça souffle ! On comprend mieux dans cet environnement l’expression « la puissance de la nature ». Bref, météo mise à part, pour atteindre ce point de vue il va falloir enfiler vos chaussures de randonnée. Plusieurs solutions existent. La version courte est de partir à la journée pour crapahuter environ 20 km (aller-retour). Le chemin n’est évidemment pas plat : ça serait trop facile. La 2ème option est de parcourir le célèbre « W », une randonnée de 4 ou 5 jours qui passe par les pics. Et pour ceux qui en veulent plus il faudra choisir le « O » une randonnée de presque 10 jours. L’idéal est d’arriver au lever du soleil pour avoir la meilleure lumière possible.

Je n’ai pas eu la chance de bénéficier d’un temps parfait mais mes photos vous donneront un aperçu.

Découvrir les glaciers

Si vous voulez continuer à chercher l’hostilité, il y a un endroit parfait pour ça : le glacier Grey. C’est beau mais c’est frisquet. Le glacier vient se déverser dans un lac et de magnifiques blocs de glaces continuent leur course sur les flots ; les nuances de bleu accentuent le tableau. Pour pouvoir voir cette petite merveille, 2 options existent : pour les fainéants et pour les sportifs. Cette fois j’ai choisi le côté fainéant pour que notre fille puisse être plus facilement de la partie. Donc option 1 : prendre un bateau qui rejoint le glacier et le longe pour apprécier ses dimensions spectaculaires. Option 2 : effectuer une randonnée pour l’apercevoir. La marche peut se faire à la journée aller/retour, ou en randonnant le fameux « W ». Il existe même une 3ème option : se faire déposer en ferry et revenir à pied ! Avec ça vous devriez trouver votre bonheur.

                                                        

Faire une randonnée à cheval à la gaucho

Vos jambes commencent à fatiguer ? Et bien, un problème = une solution. Des circuits à cheval sont proposés pour explorer d’autres parties du parc un peu plus plates. Vous serez accompagnés avec un guide qui pourra vous expliquer par la même occasion la région. Vous pouvez aussi découvrir l’univers des gauchos qui élèvent leur bétail en semi-liberté. Il n’y a pas que les français qui portent un béret sur la tête !

                                       

Multiplier les points de vue

Le parc est vaste et ponctué de relief et de lacs turquoise. C’est un terrain de jeu idéal pour de courtes ballades. En toile de fond les « cornes » vous serviront de repère et d’arrière-plan plutôt photogénique. A vous de choisir en fonction de la météo et des durées, quel sentier explorer. Ça sera l’occasion de rencontrer les guanacos, sorte de lamas sauvages, qui peuplent cette nature brute.

Quand y aller : Déjà qu’il n’y fait pas très beau pendant de leur été (décembre-mars) je vous conseille d’évitez leur hiver (juin-septembre). De toute façon on n’y va pas pour le soleil alors autant être prévenu tout de suite.

Comment y aller : Il n’y a pas de vol direct France-Torres del Paine : quelle surprise ! Il faudra rejoindre l’aéroport de Punta Arena depuis Santiago en 4h… Ensuite des bus vous emmèneront à Puerto Natales en 4h. Et de là soit vous prenez un autre bus (2h de route) soit vous louez une voiture. Attention, il n’y a pas de station essence alors il faudra être prévoyant. Dans la réalité, certains logements pourront vous dépanner mais le prix sera… surtaxé.

Budget : La destination est chère. Si vous voulez réduire les dépenses optez pour le camping. Sinon, il faudra prévoir un bon budget logement : que ce soit pour les gîtes lors de vos randonnées (« W ») ou pour un hôtel. Si vous craignez la météo prenez un logement en dur. Dans tous les cas, il faut réserver ces logements plusieurs mois à l’avance car tout est pris d’assaut en haute saison. L’entrée du parc pour 3 jours vous coûtera environ 30€/pers. Si vous désirez sillonner le parc sans faire de randonnées sur plusieurs jours l’option d’une location de voiture est l’idéal : comptez 100 / jour. Côté nourriture il y a des restaurants (chers), sinon il faudra emporter son stock de nourriture acheté à Puerto Natales.

La langue : L’espagnol !

Combien de temps : Si on ne prévoit pas de randonner sur plusieurs jours y rester 3 jours pleins est un bon compromis. Si on s’attèle au « W » il faut prévoir 4 à 5 jours de marche. Par contre, il faudra ajouter 1 journée supplémentaire si l’on veut découvrir la partie sud du parc.

Et les enfants dans tout ça ?

Destination pour enfant : Quand on évoque la Patagonie et un parc connu pour ses treks, on ne pense pas tout de suite à emmener ses enfants (de bas âge). Je pense que c’est une erreur. Eviter peut-être de partir pour le « W » ou le « O » mais sinon faire des randonnées d’une demi-journée ou une journée est tout à fait envisageable. Et puis, ils apprécieront de voir les animaux, de voir les icebergs et de courir au grand air.

Note Destination : 3/5

Note Trajet : 3,5/5

Note Sécurité : 4,5/5

Note Globale : 3,6/5

A emporter : Priorité numéro 1 : un K-way, des tenues chaudes et de bonnes chaussures. L’endroit est touristique donc vous ne serez pas perdu au milieu de nulle part. Trousse de 1er secours à prendre avec soi si on part en petite randonnée. Même si le temps est instable, regardez la météo avant d’envisager les activités.

Et oui !

Vous voulez faire quelque chose d’encore plus différent ? Rejoignez l’AMA (Agrupación Medio Ambiantal) pour de l’éco-volontariat. Cette organisation a pour vocation de soutenir le tourisme durable et de préserver la biodiversité. Une chouette initiative dans un cadre incroyable ! Certes il faudra retrousser ses manches, mais c’est pour la bonne cause.