5 parcs des Etats-Unis méconnus mais qui valent le détour

Les Etats-Unis sont réputés pour leurs grands parcs mais certains sont moins connus que d’autres. Je vous emmène découvrir 5 parcs où la plupart des touristes n’ont pas toujours le temps de s’attarder. En route pour une virée vers des espaces naturels splendides de l’ouest américain…

Cedar Breaks National Monument – Utah

Tout le monde a une image en tête de Bryce Canyon National Park. C’est un des parcs américains les plus impressionnants. Malgré l’afflux touristique on ne se lasse pas de ses couleurs ocres et de ses cheminées minérales qui parsèment un amphithéâtre naturel. Et bien à 90 km de là, un autre parc offre un Bryce Canyon miniature avec la foule en moins. Les dimensions sont certes moins impressionnantes mais le spectacle est tout aussi prodigieux. Il est possible de se promener le long des falaises pour avoir plusieurs points de vue. La route peut être fermée en hiver pour cause de neige mais les marmottes seront là pour vous accueillir dès la fin du printemps.

 Great Sand Dunes National Park – Colorado

Ce parc national est vraiment étonnant. Qui peut s’attendre à rencontrer des dunes de sable en plein milieu des Etats-Unis dans le Colorado ? Et le must, ce sont les montagnes qui donnent un arrière-plan encore plus imprévisible : bienvenue aux Great Sand Dunes National Park. Après avoir roulé sur des plaines sans grand intérêt les dunes commencent à montrer le bout de leur nez. Une fois arrivé à leur pied le plus dur commence : si l’on veut grimper en haut et profiter de la vue il faudra redoubler d’effort. Notre dune du Pilat peut aller se rhabiller, car les Great Sand Dunes sont 3 fois plus hautes et bien plus étendues. Le spectacle est magique. Les vents contraires ont permis au sable de s’accumuler là jusqu’à former un paysage saharien.

Badlands National Park – Dakota du sud

Pour rejoindre ce parc national, il faudra s’enfoncer jusque dans le Dakota du Sud territoire des derniers bisons d’Amérique. Encore une curiosité géologique qui alterne des couches de roche claire et des couches de roche ocre dans un paysage de plaine. Ce parc vous donnera un grand bol d’air pur à travers de nombreux sentiers. Vous pourrez y rencontrer la faune locale : mouflons, bisons et autres petites bêtes. Ce parc pourra être combiné avec le Mount Rushmore ou la Devil’s Tower.

Goblin Valley State Park – Utah

Ce parc porte bien son nom. On aurait aussi bien pu l’appeler « parc des champignons » car la nature a décidé à cet endroit de remplir l’espace avec des formes très évocatrices. On peut se balader à travers cette forêt de « Goblins » pour notre plus grand émerveillement. C’est en déambulant à travers ces formes étranges que l’on se dit que la nature est pleine de surprises. Si vous voulez y passer la nuit c’est possible : un camping sur le principe du « premier arrivé premier servi » vous permettra de contempler le paysage rougeoyant au coucher du soleil.

Valley of fire – Nevada 

On ne pourrait pas imaginer que ce parc soit si proche de Las Vegas mais que l’on s’y sente si loin. A à peine 1h30 de route les formations géologiques remplacent les tours de verres et les reptiles les machines à sous. La nature a délivré à cet endroit une palette de couleur impressionnante : du rose au violet en passant par l’ocre et le jaune. Quand la chaleur n’est pas écrasante, de nombreux chemins parcourent cet univers minéral pour notre plus grand bonheur. Et même la route asphaltée crée un charme fou et appelle à l’évasion. Cette escale entre Las Vegas et Zion National Park est la bienvenue et se consomme sans modération.

Quand y aller : Le meilleur moment pour visiter les parcs se situe en saisons intermédiaires (printemps/automne) où la chaleur n’est pas écrasante et le tourisme n’est pas à son apogée.

Comment y aller : L’ouest américain est très étendu et il faudra cibler une région si l’on ne veut pas passer sa vie dans une voiture à manger les kilomètres. On pourra ainsi atterrir à Denver, à Las Vegas, à San Francisco ou à Los Angeles en fonction de son périple.

Info budget : Les Etats-Unis est un pays cher. La location d’une voiture est assez économique ainsi que l’essence. Sinon les prix sont environs identiques à ce que l’on peut avoir en France. Si l’on veut réduire le budget, préférez les motels (sans grand charme) ou le camping, et faites vos courses vous-même dans les nombreux supermarchés.

Monnaie : Le dollar

La langue : L’anglais

Visa : Pour rentrer aux Etats-Unis il vous faut faire une demande d’ESTA par internet pour un coût de 20€. Ce document est précieux et vous ne pourrez pas rentrer sur le territoire américain sans celui-ci.

Combien de temps : Un minimum de 15 jours vous permettra d’avoir un aperçu de quelques parcs. Mais au vu de l’étendue du territoire vous pouvez arpenter les routes pendant plusieurs mois. Un bon compromis est de pouvoir y voyager pendant 1 mois.

Et les enfants dans tout ça ?

Destination pour enfant : Il est très facile d’y voyager avec des enfants de tout âge. L’été reste à éviter car il y fait trop chaud (+ de 40°C) dans certains endroits (en dehors de la côte pacifique). Comme il est très facile d’y voyager les parents seront détendus… et les enfants aussi par la même occasion. Le seul bémol reste les distances à effectuer en voiture pour rejoindre les points d’intérêts. Pour les plus petits favoriser les trajets lors des siestes. Les enfants apprécieront de pouvoir crapahuter dans les nombreux sentiers des parcs avec toujours de belles récompenses : cascades, animaux, curiosités géologiques… Les plus grands pourront retrouver des paysages de films de cinéma. Et si le grand air pur ne leur convient pas, on peut toujours se rabattre sur les grandes villes aux nombreux parcs d’attractions.

Il faudra compter 11h de vol depuis la France pour un exemple Paris – San Francisco.

Le décalage horaire est de -9h (pour San Francisco).

Note Destination : 5/5

Note Trajet : 3/5

Note Sécurité : 4/5

Note Globale : 4/5

A emporter : Vous trouverez de tout sur place, pas d’inquiétude. Il faudra faire des provisions lorsqu’on s’éloigne des villes et que l’on souhaite rester plusieurs jours loin d’une zone urbaine.

Et oui !

Les Etats-Unis regorgent d’une quantité de National Parks, de State Parks et de National Monuments qui permettent de préserver l’extraordinaire richesse environnementale de ce pays et c’est tant mieux ! Il ne fallait pas compter sur leur président climatosceptique (Trump pour pas le nommer) qui pour des questions de ressources naturelles à exploiter a décidé de réduire la superficie de zones naturelles protégées (Grand Staircase-Escalante National Monument et Bears Ears National Monument). Un retour en arrière en matière d’environnement sans précédent. L’économie restera encore la plus forte…