5 curiosités à vivre autour de Taïpei

Taïpei est la capitale de Taïwan, enfin, selon Taïwan, car l’ONU ne reconnaît pas l’indépendance de l’île. Même si à Taïwan on parle mandarin les Taïwanais veulent leur statut de pays à part entière, d’ailleurs la monnaie y est unique. Trump a mis les pieds dans le plat dès son élection en appelant directement le président de Taïwan sans passer par la Chine… oups : incident diplomatique. Oublions ce débat politico-économique pour rentrer dans ce qui nous intéresse le plus : les sites à visiter à Taïpei et aux alentours. Voilà un tout petit aperçu qui est bien sûr loin d’être exhaustif mais qui vous donnera l’envie d’en savoir davantage (enfin je l’espère…).

La vue de Taïpei

Quoi de mieux pour appréhender une ville que de prendre de la hauteur et de la contempler dans son ensemble. Plusieurs options s’y prêtent. Vous pouvez monter en haut de la tour 101 à 509 mètres (longtemps le plus haut building du monde avant de se faire détrôner en 2010). Pour ça il vous faudra débourser un billet et se tenir sagement dans l’ascenseur. Je préfère de loin la 2ème option : crapahuter dans la moiteur à travers une végétation luxuriante et observer la tour 101 dans son décor citadin depuis Elephant Mountain. Ça serait dommage de ne pas la voir c’est quand même l’édifice phare de la ville !

La relève de la garde au Chiank Kai-Shek mémorial

Peut-être connaissez-vous la relève de la garde britannique à Londres et bien à Taïpei l’esprit est le même : sérieux, rigueur et chorégraphie millimétrée. Pour observer cet étonnant ballet : direction la place de la liberté. Cette place est cernée de gigantesques bâtiments dont un à la gloire de Chiank Kai-Shek premier président de la république de Chine. A l’intérieur d’un bâtiment, et ce, toutes les heures, les gardes exécutent avec un sans faute le changement de poste. Le spectacle est stupéfiant et vaut la peine de s’y attarder un peu.

Les prières au temple de Longshan

Que serait l’Asie sans ses innombrables temples ? Un des plus connu et des plus vieux de Taïpei est le temple Longshan où l’on pratique le confucianisme. Ce n’est pas peu dire que les taïwanais viennent s’y recueillir à toute heure de la journée. En tant que touriste on peut déambuler dans le temple en s’imprégnant de la dimension spirituelle du lieu. Ceux qui viennent prier apportent de nombreuses offrandes (fleurs, jus, bonbons etc…) et allument des bâtonnets d’encens. Certains lancent des sortes de graines selon un rituel bien précis. Tout cela crée une atmosphère vivante et reposante : une bonne pause au cœur de l’agitation citadine.

Le parc géothermal de Yehliu

Ce parc le long de la côte est des plus surprenant. La nature a créé des sortes de champignons atomiques en roche. Un chemin sillonne les formes géologiques jusqu’à arriver à la star de l’endroit : un rocher qui représente le profil d’une reine égyptienne selon un certain angle de vue. OK, il faut un peu d’imagination, d’autant plus que tous les rochers ont leur petit nom. Ce n’est pas ce qu’on retiendra de l’endroit : on préférera retenir le côté irréel et l’air marin qui détoxifie de la pollution de la ville.

Le village de Jiufen

En périphérie de Taïpei, on rejoint le village de Jiufen. Ce village adossé à des collines verdoyantes surplombe la mer au loin. Qu’est-ce qu’on y fait ? Et bien on déambule (et on se fait les cuisses au passage). Il y a quand même une ruelle principale (et piétonnière) qui traverse le village et qui est bordée de magasins. Alors on ouvre nos yeux d’européens et on découvre les curiosités du coin. Il y a de la vie et c’est sympathique. Vous pouvez goûter les douceurs locales si le cœur vous en dit. Si vous voulez échapper à l’agitation essayez de rejoindre le temple au loin. Vous passerez dans le vieux Jiufen fait de maison en bois peintes en noires. Vous pouvez aussi découvrir une cascade plus loin sur la route mais le déplacement mérite le détour si on aime vraiment les cascades… J’ai passé mon tour.

Quand y aller : Préférez y aller d’octobre à mars car il y fera moins chaud. Cette partie de Taïwan est arrosée toute l’année, attendez-vous à recevoir un peu de pluie.

Comment y aller : Des vols directs existent depuis Paris. Sinon la majorité des compagnies du golf ou asiatiques desservent l’île avec une escale. Il faut compter 12h30 de vol en direct.

Budget : La destination n’est pas chère (pour des européens) mais plus chère que la plupart des pays asiatiques. Inutile de se faire à manger les nombreux restaurants sont très abordables et pour 4€ vous pouvez manger correctement. Vous pouvez vous loger à partir de 25€ la nuit mais le budget grimpera avec le confort recherché.

Monnaie : Le nouveau dollar de Taïwan

Langue : Le mandarin. Utilisez l’anglais même si tout le monde ne le comprend pas.

Visa : Visa délivré à l’arrivée pour 90 jours si le passeport est valide au moins 6 mois

Combien de temps : Vous pouvez passer une bonne semaine à Taïpei en faisant des excursions à la journée en périphérie. Le réseau de bus et de métro est fiable.

Et les enfants dans tout ça ?

Destination pour enfant : L’Asie est vivante et il y a toujours des milliers de choses à voir. Taïwan n’échappe pas à la règle et cela éveillera la curiosité de votre enfant. Il y a même un téléphérique à Taïpei pour aller se promener dans les champs de thé aux abords de la ville ! Les carpes koïs dans les jardins émerveilleront les petits.

Le décalage horaire est de +7h. 

Note Destination : 3,5/5

Note Trajet : 3.5/5

Note Sécurité : 4.5/5

Note Globale : 3,8/5

A emporter : Taïpei est une grande ville donc on y trouve de tout. Les repères sont justes différents des nôtres et on ne sait juste pas toujours où chercher. Couches et lait sont disponibles pour les bébés dans les pharmacies ainsi que des médicaments. Le plus simple est cependant de prévoir avec soi le nécessaire pour le séjour. La poussette saura vous dépanner dans la ville mais inutile dans les alentours, préférez le porte bébé.

Et oui !

La tour 101 a été un des premiers gratte-ciels à se tourner vers l’écologie. Sa construction a été axée en partie sur l’optimisation des ressources énergétiques. Pour suivre cette lancée, Callebaut a décidé d’y installer une tour « verte » recouverte d’arbres qui pourront absorber, en partie, le CO2 de la pollution de la ville. Saluons ces initiatives même si le chemin est encore long.